Terrasse de la maison Carlton

Terrasse de la maison CarltonHistoireetJardins Carlton

Carlton House Terrace est une rue du quartier St James de la ville de Westminster à Londres. Sa principale caractéristique architecturale est une paire de terrasses de maisons en stuc blanc du côté sud de la rue donnant sur le parc St. James . Ces terrasses ont été construites sur des terres de la Couronne entre 1827 et 1832 selon les plans généraux de John Nash , mais avec la contribution détaillée d'autres architectes, dont Decimus Burton , qui a conçu exclusivement les numéros 3 et 4. Ce bâtiment était autrefois l'emplacement d'origine des bureaux appartenant à l' Information Research Department (IRD) , une branche secrète du ministère britannique des Affaires étrangères.dédié à la création de propagande pro-coloniale et anti-communiste pendant la guerre froide. [1]

La terrasse est peu après l'achèvement, 1831

Arrière-plan

Le terrain sur lequel Carlton House Terrace a été construit faisait autrefois partie des terrains du palais St James , connu sous le nom de « jardin royal » et « le désert ». Ce dernier était autrefois en possession du prince Rupert du Rhin (cousin de Charles II ), et fut plus tard appelé Upper Spring Garden. [2]

Dans le sens horaire à partir du haut à gauche : Carleton , Burlington , le prince régent et John Nash

À partir de 1700, le terrain était détenu par Henry Boyle , qui dépensa 2 835 £ pour améliorer la maison existante dans le jardin royal. [3] La reine Anne a délivré des lettres patentes accordant à Boyle un bail pour une durée de 31 ans à compter du 2 novembre 1709 à 35 £ par an. [3] Boyle a été créé Baron Carleton en 1714 et la propriété a été appelée après lui depuis lors, bien qu'à un certain point le « e » ait été abandonné. [n 1]

À la mort de Carleton, le bail passa à son neveu, l'architecte et esthète Lord Burlington , et en janvier 1731, George II délivra des lettres patentes accordant à Burlington un bail de réversion pour une durée supplémentaire de 40 ans à un loyer annuel de 35 £. [2] Par un contrat daté du 23 février 1732, le bail fut cédé à Frederick, prince de Galles , fils aîné de George II, décédé avant son père, mourant en 1751 ; sa veuve, Augusta, a continué à vivre dans la maison, faisant des modifications et achetant une propriété attenante pour agrandir le site. Elle meurt en 1772 et la maison est dévolue à son fils, George III . [3]

La propriété a été accordée par George III à son fils aîné, George, prince de Galles (plus tard prince régent) à la majorité de ce dernier en 1783. Le prince a dépensé des sommes énormes pour améliorer et agrandir la propriété, accumulant d'énormes dettes. Il était aux prises avec son père, et la maison devint une cour rivale, et fut le théâtre d'une brillante vie sociale. [3]

Lorsque le prince est devenu le roi George IV en 1820, il a déménagé au palais de Buckingham . Des instructions ont été données en 1826 aux commissaires des bois et forêts que « Carlton Palace » devrait être rendu au public, être démoli et le site et les jardins aménagés comme terrain de construction pour « maisons d'habitation de la première classe ». [4] En 1829, les commissaires rapportèrent que le site était complètement dégagé et qu'une partie avait déjà été louée en vertu de baux à bâtir. [5] Les matériaux de la démolition ont été vendus aux enchères publiques, avec quelques montages transférés au château de Windsor et à "La Maison du Roi, Pimlico". Les colonnes du portique ont été réutilisées dans la conception de la nouvelle National Gallery de Trafalgar Square , les colonnes ioniques intérieures ont été déplacées vers les conservatoires du palais de Buckingham et une partie des vitraux armoriaux a été incorporée dans les fenêtres du château de Windsor. [5]

Construction

Après la démolition de Carlton House, le développement de son ancien site devait à l'origine faire partie d'un projet d'amélioration de St James's Park. Pour cela, John Nash a proposé trois terrasses de maisons le long du nord du parc, équilibrées par trois le long du côté sud, surplombant Birdcage Walk . Aucune des trois terrasses sud et seulement deux des trois terrasses nord n'ont été construites, ces dernières étant les sections ouest (No.1–9) et est (No.10–18) de la Carlton House Terrace. [n 2] Ces deux blocs ont été conçus par Nash et Decimus Burton , avec James Pennethorne en charge de la construction. Decimus Burton exclusivement, sans Nash, conçu n° 3 et n° 4. Carlton House Terrace. [7] Ces maisons de ville élégantes ont pris la place de Carlton House et la propriété franche appartient toujours au domaine de la Couronne. Nash a prévu de rendre les deux blocs contigus avec une grande fontaine en forme de dôme entre eux (en réutilisant les anciennes colonnes du portique de Carlton House), mais l'idée a été rejetée par le roi; [8] l'escalier actuel du duc d'York a pris la place de la fontaine. En 1834, la colonne du duc d'York est érigée en haut des marches. Il se compose d'une colonne de granit conçue par Benjamin Wyatt surmontée d'une statue en bronze de Richard Westmacott de Frederick, duc d'York. [9]

La terrasse vue du sud, avec les colonnes doriques trapues au niveau du sol et les colonnes corinthiennes et fronton au-dessus

Les terrasses, hautes de quatre étages au-dessus d'un sous-sol, ont été conçues dans un style classique, revêtues de stuc, avec une façade à colonnes corinthiennes donnant sur St James's Park, surmontée d'une frise et d'un fronton élaborés. Du côté sud, face au parc, la façade inférieure a une série de colonnes doriques trapues, soutenant une terrasse de podium substantielle à un niveau entre les entrées de rue au nord et le niveau du rez-de-chaussée du centre commercial moderne. [8] Les maisons sont inhabituelles car ce sont des terrasses londoniennes chères qui n'ont pas de miettes à l'arrière. La raison en était que Nash voulait que les maisons exploitent au mieux la vue sur le parc et présentent également une façade attrayante au parc. Le logement de service a été placé sous le podium et dans deux étages de sous-sols (plutôt que l'habituel un étage). [dix]

Selon l'historien de l'architecture Sir John Summerson Nash, les conceptions de l'architecture ont été inspirées par les bâtiments d' Ange-Jacques Gabriel sur la place de la Concorde , à Paris. Les éloges de Summerson sur les bâtiments sont en sourdine :

Les frontons centraux sont un moyen un peu trop artificiel d'empêcher un affaissement apparent dans une façade très longue et les greniers sur les pavillons d'extrémité peuvent être trop accentués. Subtilité du modelage il n'y en a pas. En fait, Carlton House Terrace est tout à fait typique du vieil homme extraordinaire qui l'a conçu, mais dont la seule contribution au travail a probablement été la fourniture de quelques petits croquis, réalisés soit dans la glorieuse galerie peinte de son manoir de Regent Street ou la fleur -le luxe parfumé de son château sur l'île de Wight. [8]

Un bloc d'extrémité de Carlton House Terrace et des marches du duc d'York

Les auteurs du Survey of London sont plus favorables :

Les maisons… forment un double groupe de chaque côté de la colonne du duc d'York. Conçus comme une entité architecturale, face au parc, ils représentent avec leur gamme de colonnes corinthiennes détachées, un bel exemple d'architecture de rue globale ; un effet considérablement renforcé par la fraîcheur de leurs façades… La maison d'extrémité de chaque bloc est portée au-dessus du toit de la façade principale, réalisant ainsi un traitement de pavillon réussi. Les façades de retour des maisons face aux marches sont également traitées efficacement de manière complémentaire. [dix]

Bien que Nash délègue la supervision de la construction à Pennethorne, il garde fermement la location des sites entre ses mains. Les loyers fonciers, payables à la Couronne, étaient fixés au taux élevé de 4 guinées par pied de façade. Nash lui-même a pris les baux de cinq sites - nos 11-15 avec l'intention de les louer sur le marché libre avec un profit substantiel. Dans le cas où il ne pouvait pas couvrir ses coûts totaux et a fait une petite perte sur les transactions. [8]

Histoire ultérieure

En 1832, le plus célèbre Carlton Club , qui avait été formé par le duc de Wellington et d'autres peu de temps auparavant, s'installa au numéro 2 [11] grâce à l'un de ses partisans, Lord Kensington . Le numéro 2 n'est resté que le siège du club et le siège de facto du parti conservateur pendant une courte période, mais comme le bâtiment est rapidement devenu trop petit et il a déménagé dans un nouveau club-house construit à cet effet sur Pall Mall en 1835, mais conserve le nom Carlton à ce journée.

Au XXe siècle, la Terrasse est menacée de démolition et de réaménagement partiels ou complets, tout comme les maisons de campagne à cette époque . Dans les années 1930, il y avait peu de demande pour les grandes maisons du centre de Londres, et les commissaires des terres de la Couronne avaient des difficultés à louer les propriétés. Deux propriétés ont été louées à des clubs : la n° 1 au Savage Club et la n° 16 au club de jeu de Crockford , mais les locataires résidentiels sont devenus difficiles à trouver. [8] Des propositions de réaménagement ont été avancées par l'architecte Sir Reginald Blomfield , qui avait été auparavant l'un des responsables du remplacement des bâtiments de la rue Regent de Nash par des structures plus grandes de style néo-classique édouardien. Blomfield a proposé de reconstruire "d'une manière adaptée aux hôtels, aux bureaux de grandes entreprises, aux appartements et à des fins similaires". [12] Les nouveaux bâtiments suggérés devaient être deux étages plus hauts que les maisons de Nash et il y avait un tollé qui a persuadé les commissaires de ne pas procéder avec le projet. [13]

La Terrasse a été gravement endommagée par les bombardements allemands pendant la Seconde Guerre mondiale . Dans les années 1950, le gouvernement britannique envisagea d'acquérir la terrasse comme site pour le nouveau siège du ministère des Affaires étrangères . Les façades Nash devaient être préservées, mais il était largement estimé que la hauteur du réaménagement derrière elles serait inacceptable. [14]

Occupants

Ambassade d'Allemagne, ch. 1930.
La terrasse ouest. Les numéros 8 et 9, anciennement l'ambassade d'Allemagne et maintenant la maison de la Royal Society , sont les hautes maisons à l'extrémité proche de la terrasse.

La Terrasse a eu de nombreux résidents célèbres, notamment :

  • Le Carlton Club (Principal London Club, accueil et centre admiratif du Parti conservateur ) au numéro 2 de 1832-1832
  • Lord Cardigan (chef de la charge de la brigade légère ) : occupé le numéro 17 de 1832 à 1836. [15]
  • Lord Palmerston ( Premier ministre ) : au numéro 5 de 1840 à 46.
  • Earl Grey (Premier ministre) : au numéro 13 de 1851 à 1857 et à nouveau de 1859 à 1880.
  • William Ewart Gladstone (Premier ministre) : au numéro 4 en 1856 et au numéro 11 de 1857 à 1875.
  • Lord Curzon ( ministre des Affaires étrangères et vice - roi de l' Inde ): au numéro 1 de 1905 à 25.
  • Lord Revelstoke ( famille Baring et partenaire principal de la banque Barings ) : au numéro 3 de 1904 à 1929.
  • William Waldorf Astor , 1er vicomte Astor (homme d'affaires d'origine américaine) : au numéro 18 pendant au moins 1906-1909. [16]
  • Joachim von Ribbentrop (ambassadeur d'Allemagne) : aux numéros 8 et 9 de 1936 à 38. [17] (Les légats prussiens , et plus tard leurs successeurs les ambassadeurs allemands, ont habité le n° 9 de 1849 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, prenant finalement le n° 8.)
  • Ashraf Marwan (milliardaire égyptien trafiquant d'armes et ancien espion) : est décédé après être tombé d'une manière ou d'une autre de son appartement sur la terrasse. [18]
  • La section Y du MI6 a été hébergée au numéro 3, Carlton Gardens (voir ci-dessous) après la Seconde Guerre mondiale pour une durée non divulguée. Ce département, dirigé par le colonel Tom Grimson, a analysé les informations sur les écoutes téléphoniques et les a comparées aux informations provenant d'autres sources. Le traître britannique George Blake était son adjoint, et il a été amené ici pour interrogatoire après sa capture en 1961. [19]

La plupart des maisons sont désormais occupées par des entreprises, des instituts et des sociétés savantes.

  • Le numéro 1 était le siège de l' Institute of Materials, Minerals and Mining de 1972 à 2015 [20] et en avril 2020 appartenait à Salah Hamdan Albluewi via SAB Ventures. [21]
  • Le numéro 2 est la filiale britannique de Carmignac Gestion [22]
  • Les numéros 3-4 abritent la Royal Academy of Engineering .
  • Le numéro 5 est l'emplacement du Turf Club .
  • Les numéros 6 à 9 sont maintenant le siège de la Royal Society (anciennement 9, la Maison de Prusse , était l' ambassade d'Allemagne jusqu'en 1945 ; elle se trouve maintenant sur la place Belgrave ).
  • Les numéros 10 à 11 abritent la British Academy .
  • Le numéro 12 est l' Institut des Arts Contemporains , qui occupe également une grande partie du sous-sol de la Terrasse Est.
  • Les numéros 13-16 sont la propriété privée des quatre frères Hinduja , des industriels indiens. [23]
  • Le numéro 17 abrite la Federation of British Artists et les Mall Galleries .
  • Le numéro 18 est une résidence privée.
  • Le numéro 20, un immeuble de bureaux des années 1970 sur un parking en sous-sol de quatre niveaux, est le siège mondial de la société minière Anglo American plc .
  • Le numéro 24 est un immeuble de 15 appartements construit à cet effet dans les années 1970, jouxtant le numéro 20.

Le domaine de la Couronne avait son siège pendant de nombreuses années dans quatre maisons de la terrasse (numéros 13-16). Cependant, l'organisation a déménagé en 2006 dans une autre propriété qu'elle possède à New Burlington Place, une ruelle de Regent Street . En 2006, la famille Hinduja a acheté la propriété vacante pour 58 millions de livres sterling. [24]

Jardins Carlton
La plaque commémorative du quartier général du général de Gaulle au 4 Carlton Gardens à Londres pendant la Seconde Guerre mondiale

À l'extrémité ouest de la Carlton House Terrace se trouve un cul-de-sac appelé Carlton Gardens, qui a été développé à peu près à la même époque. Il contenait sept grandes maisons. Robert Loyd-Lindsay , fondateur de la Croix-Rouge britannique a hérité du numéro 2 de son beau-père Samuel Jones-Loyd, 1er baron Overstone en 1883, et il est resté sa résidence à Londres jusqu'à sa mort en 1901. Sa veuve Lady Wantage plus tard brièvement a loué le numéro 2 à Lord Kitchener . Numéro 4 a accueilli deux premiers ministres, lord Palmerston et Arthur Balfour , et fut plus tard Charles de Gaulle de gouvernement en exil , la France Libre .

Toutes les maisons sauf les numéros 1, 2 et 3 ont été remplacées par des immeubles de bureaux. Le numéro 1 est une résidence ministérielle officielle normalement utilisée par le ministre des Affaires étrangères . [25] Le numéro 2 est utilisé par le Bureau du Conseil privé . [26] Le numéro 3 appartient au gestionnaire de fonds spéculatifs milliardaire Ken Griffin depuis janvier 2019. [27]

  1. ^ L'emplacement est indiqué comme "Charlton House" dans la carte de Londres de 1746 de Roque .
  2. ^ Les plans de Nash comprenaient la démolition de Marlborough House à l'ouest, en la remplaçant par la troisième terrasse ; cette idée a été reflétée dans certaines cartes contemporaines, y compris lacarte de Londres à grande échelle de Christopher et John Greenwood de 1830, [6] mais cette proposition n'a pas été mise en œuvre.

  1. ^ Lashmar, Paul; Olivier, James (1988). Guerre de propagande secrète de la Grande-Bretagne 1948-1977 . Moulin de Phoenix : Édition de Sutton. p. 30.
  2. ^ un b Pithers (2005) , p. 1.
  3. ^ un b c d Gater, GH ; Hiorns, FR, éd. (1940). "Chapitre 8 : Maison Carlton" . Survey of London : Volume 20, St Martin-in-The-Fields, Pt III : Trafalgar Square & Neighborhood . Londres : Conseil du comté de Londres . p. 69-76 . Récupéré le 2 septembre 2013 - via British History Online .
  4. ^ Regent Street, Carlton Place Act 1826 (Act 7 Geo IV cap 77)
  5. ^ un b Pithers (2005) , p. 2.
  6. ^ "Plan Greenwood de Londres 1830" . MOTCO – Base de données d'images . Archivé de l'original le 3 mars 2016.
  7. ^ Williams, Guy (1990). Augustus Pugin contre Decimus Burton : un duel architectural victorien . Londres : Cassell Publishers Ltd. p. 135-157. ISBN 0-304-31561-3.
  8. ^ A b c d e Pithers (2005) , p. 3.
  9. ^ Bullus, Asprey & Gilbert (2008) , p. 240.
  10. ^ un b Gater, GH ; Hiorns, FR, éd. (1940). "Chapitre 9: Carlton House Terrace et Carlton Gardens" . Survey of London : Volume 20, St Martin-in-The-Fields, Pt III : Trafalgar Square & Neighborhood . Londres : Conseil du comté de Londres. p. 77-87 . Récupéré le 2 septembre 2013 - via British History Online.
  11. ^ "Histoire" . Club Carlton . Récupéré le 6 juin 2021 .
  12. ^ "Terrasse de la Maison Carlton". Les Temps . 16 décembre 1932. p. dix.
  13. ^ "Le propriétaire de la Couronne". Les Temps . 19 décembre 1932. p. 13.
  14. ^ "Aucun FO à Carlton House Terrace". Les Temps . 2 décembre 1960. p. 14.
  15. ^ "Carlton House Terrace et Carlton Gardens" . Enquête de Londres, Volume 20 . Histoire britannique en ligne . Consulté le 14 février 2018 .
  16. ^ "Le manuel de Kelly pour les classes titrées, débarquées et officielles" . Londres. 25 janvier 1888 . Récupéré le 25 janvier 2019 - via Internet Archive.
  17. ^ « Histoire de 6-9 Carlton House Terrace » . Société royale . Archivé de l'original le 19 mars 2015.
  18. ^ Syal, Rajeev (5 octobre 2008). "Yard enquête sur la mort d'un espion milliardaire" . L'Observateur . Londres . Récupéré le 5 octobre 2008 .
  19. ^ Dorril, Stephen (2000). MI6 : Cinquante ans d'opérations spéciales . Londres : Fourth Estate Ltd. ISBN 978-1-85702-093-9.
  20. ^ "Histoire de l'Institut" . IOM3 .
  21. ^ "SAB Holding" . sab-holding.com . Récupéré le 27 février 2021 .
  22. ^ "CARMIGNAC GESTION LUXEMBOURG SA, SUCCURSALE ROYAUME-UNI" . Registre de la Maison des Sociétés . Récupéré le 28 juillet 2019 .
  23. ^ Karmali, Naazneen (8 octobre 2013). "Carlton House Terrace: Le nouveau chef-d'œuvre immobilier de 500 millions de dollars des Hindujas" . Forbes .
  24. ^ Nelson, doyen ; Chittenden, Maurice (27 août 2006). « Les hindous vont construire un « palais » sur le centre commercial » . Le Sunday Times .
  25. ^ « Réponses écrites aux questions : Office des affaires étrangères et du Commonwealth : 1 Carlton Gardens » . Débats parlementaires (Hansard) . Chambre des communes. 6 mai 2009. col. 165W.
  26. ^ « Communiquer avec le Bureau du Conseil privé » . conseil-privy.org . Archivé de l'original le 4 mars 2008.
  27. ^ Morrison, Sean (21 janvier 2019). "Le magnat des fonds spéculatifs achète un manoir de 95 millions de livres sterling surplombant le palais de Buckingham dans la vente de maisons la plus chère du Royaume-Uni depuis 2011" . Royaume-Uni : The Evening Standard (Londres). ESI Médias . Récupéré le 21 janvier 2019 .
Bibliographie
  • Bullus, Claire ; Asprey, Ronald; Gilbert, Denis (2008). Les statues de Londres . Londres : Persée. ISBN 1858944724.
  • Pithers, Marguerite (2005). Une brève histoire de 13-16 Carlton House Terrace . Londres : le domaine de la Couronne.

  • "Terrasse Carlton House" . Société royale . Archivé de l'original le 19 juin 2010.
  • "10-11 Carlton House Terrasse" .

Coordonnées : 51°30′22″N 00°07′54″W / 51,50611°N 0,13167°W / 51.50611; -0,13167