Li (unité)

Li (unité)Changer les valeursetUtilisation culturelle

Li ( chinois :, ou市里, shìlǐ ), également connu sous le nom de mile chinois , est une unité de distance traditionnelle chinoise . Le li a varié considérablement au fil du temps, mais était généralement d'environ un tiers de mille anglaiset a maintenant une longueur normalisée d'un demi- kilomètre (500 mètres ou 1 640 pieds ). Celui-ci est ensuite divisé en 1 500 chi ou «pieds chinois».

Le caractère里combine les caractères pour "champ" (田, tián ) et "terre" (土, ), car il était considéré comme étant à peu près la longueur d'un seul village. Jusque dans les années 40, un «li» ne représentait pas une mesure fixe mais pouvait être plus ou moins long en fonction de l' effort requis pour parcourir la distance. [1]

Il existe également un autre li (traditionnel:釐, simplifié:厘, ) qui indique une unité de longueur 11000 d'un chi , mais il est beaucoup moins utilisé. Ce li est utilisé en République populaire de Chine comme l'équivalent du préfixe centi en unités métriques, donc limi (厘米, límǐ) pour le centimètre. La différence tonale permet de le distinguer des locuteurs de chinois, mais sauf indication contraire, toute référence à li se référera toujours à l'unité traditionnelle la plus longue et non à l'unité la plus courte ou au kilomètre. Cette unité traditionnelle, en termes d'utilisation historique et de proportion de distance, peut être considérée comme l' homologue est-asiatique de l' unité de la ligue occidentale .

Comme la plupart des mesures chinoises traditionnelles , le li était réputé avoir été établi par l' empereur jaune lors de la fondation de la civilisation chinoise vers 2600 avant JC et normalisé par Yu le Grand de la dynastie Xia six cents ans plus tard. Bien que la valeur varie d'un état à l'autre pendant la période du printemps et de l'automne et les périodes des États en guerre , les historiens accordent une valeur générale au li de 405 mètres avant l' imposition de sa norme par la dynastie Qin au 3ème siècle avant JC. [ citation nécessaire ]

L'unité de distance traditionnelle chinoise de base était le chi . Comme sa valeur a changé au fil du temps, tout comme le li ' s. De plus, le nombre de chi par li était parfois modifié. Pour ajouter encore plus de complexité, sous la dynastie Qin, le li a été fixé à 360 "pas" (, ) mais le nombre de chi par bu a ensuite été changé de 6 à 5, raccourcissant le li de 16 . Ainsi, le Qin li d'environ 576 mètres est devenu (avec d'autres changements) le Han li , qui a été normalisé à 415,8 mètres.

Les unités de mesure de base sont restées stables au cours des périodes Qin et Han. Une mesure standard impériale en bronze, datée de 9 après JC, avait été conservée au palais impérial de Pékin et a été découverte en 1924. Cela a permis des conversions très précises en mesures modernes, ce qui a fourni un nouvel outil supplémentaire extrêmement utile dans l'identification des noms de lieux et itinéraires. Ces mesures ont été confirmées à bien des égards, y compris la découverte d'un certain nombre de dirigeants trouvés sur des sites archéologiques et des mesures minutieuses des distances entre des points connus. [2] Le Han li a été calculé par Dubs à 415,8 mètres [3] et tout indique qu'il s'agit d'une détermination précise et fiable. [2]

Sous la dynastie Tang (618–907 après JC), le li mesurait environ 323 mètres. [ citation nécessaire ]

À la fin de la dynastie mandchoue ou Qing , le nombre de chi est passé de 1 500 par li à 1 800. Cela avait une valeur de 2115 pieds ou 644,6 mètres. De plus, le Qing a ajouté une unité plus longue appelée tu , qui était égale à 150 li (96,7 km).

Ces changements ont été annulés par la République de Chine de Chiang Kai-shek , qui a adopté le système métrique en 1928. La République de Chine (maintenant également connue sous le nom de Taiwan ) continue de ne pas utiliser du tout le li mais seulement le kilomètre ( chinois :公里, gongli , lit. "commun li").

Sous Mao Zedong , la République populaire de Chine a réinstitué les unités traditionnelles comme mesure d'anti-impérialisme et de fierté culturelle avant d'adopter officiellement le système métrique en 1984. Une place a été faite dans ce système pour les unités traditionnelles, qui ont été normalisées aux valeurs métriques. Un li moderne est ainsi fixé à exactement un demi-kilomètre (500 mètres). Cependant, contrairement au jin qui est encore fréquemment préféré dans l'utilisation quotidienne au kilogramme, le li n'est presque jamais utilisé. Néanmoins, son apparition dans de nombreuses phrases et dictons signifie que «kilomètre» doit toujours être spécifié en disant gongli en entier.

Une section du pont Song -era Anping au Fujian . Le pont est communément appelé le «pont Five-Li» en raison de sa longueur.

Comme on peut s'y attendre pour l'équivalent de "mile", li apparaît dans de nombreux dictons, lieux et proverbes chinois comme un indicateur de grandes distances ou de l'exotisme:

  • Un nom chinois pour la Grande Muraille est le « Mur des Dix Mille Li» ( traditionnel 萬里長城, simplifié 万里长城, Pinyin Wànlǐchángchéng ). Comme en grec , le nombre «dix mille» est utilisé au sens figuré en chinois pour signifier toute valeur «incommensurable» et ce titre n'a jamais fourni une distance littérale. Néanmoins, la longueur réelle de la Grande Muraille moderne est d'environ 13 000 li modernes - 3 000 de plus que la longueur proverbiale «incommensurable» du nom.
  • Le proverbe chinois apparaissant au chapitre 64 du Tao Te Ching et communément traduit par "Un voyage de mille miles commence par un seul pas" se réfère en fait à mille li :千里 之 行 , 始於 足下( Qiānlǐzhīxíng, shǐyúzúxià ).
  • Les plus grands chevaux de l'histoire chinoise - y compris Red Hare et Hualiu (驊 騮) - sont tous appelés « chevaux de mille li » (千里馬, qiānlǐmǎ ), puisqu'ils pourraient soi-disant parcourir mille li en une seule journée.
  • Li est parfois utilisé dans les noms de lieux, par exemple: Wulipu (chinois: 五里 铺镇), Hubei; Aéroport d'Ankang Wulipu (chinois: 安康 五里 铺 机场), Shaanxi.

Le ri coréen actuel (리, 里) et le ri japonais (里) sont des unités de mesure qui remontent au li chinois (里).

Bien que l'unité chinoise ait été officieusement utilisée au Japon depuis la dynastie Zhou , les pays ont officiellement adopté la mesure utilisée par la dynastie Tang (618–907 après JC). Le ri d'une époque antérieure au Japon était donc fidèle à la longueur chinoise, correspondant à six chō ( environ 500–600 m), mais a évolué plus tard pour désigner la distance qu'une personne portant une charge viserait à parcourir sur les routes de montagne en un heure. Ainsi, il y avait eu différents ri de 36, 40 et 48 chō. Dans la période Edo , le shogunat Tokugawa définissait 1 ri comme 36 chō, permettant d'autres variantes, et le gouvernement japonais adopta cette dernière définition en 1891. Le ri japonais était, à cette époque, fixé au système métrique , 21655 ≈ 3,93 kilomètres ou environ 2,44 milles . Par conséquent, il faut faire attention à la correspondance entre chō et ri . Voir Kujūkuri Beach ( plage 99- ri ) pour un cas.

En Corée du Sud , le ri actuellement utilisé est une unité prise de la dynastie Han (206 av. JC – 220 ap. JC) li . Il a une valeur d'environ 392,72 mètres, soit un dixième du ri . L' Aegukga , l'hymne national de la Corée du Sud, et l' Aegukka , l'hymne national de la Corée du Nord , mentionnent tous deux 3 000 ri , ce qui correspond à peu près à 1 200 km , la longueur longitudinale approximative de la péninsule coréenne .

En Corée du Nord, le mouvement Chollima , une campagne visant à améliorer la productivité du travail dans le sens de l'ancien mouvement stakhanovite soviétique , tire son nom du mot «chollima» qui fait référence à un cheval de mille ri ( chŏn + ri + ma en nord-coréen Romanisation).

  • Unités de mesure chinoises
  • Ligue (unité) pour une discussion générale des unités de style ligue
  • Unités de mesure japonaises
  • Unités de mesure coréennes
  • Qianlima pour en savoir plus sur le «cheval de mille li», y compris Chollima nord-coréen

Citations

  1. ^ Byron R. Winborn (1994). Wen Bon: un officier du renseignement naval aérien derrière les lignes japonaises en Chine . University of North Texas Press. p. 63. ISBN 978-0-929398-77-8.
  2. ^ un b Hulsewé (1961), pp. 206–207.
  3. ^ Dubs (1938), pp. 276-280; (1955), p. 160, n. 7,

Sources

  • Homer H. Dubs (1938): L'histoire de l'ancienne dynastie Han par Pan Ku . Vol. Une. Traducteur et éditeur: Homer H. Dubs. Baltimore. Waverly Press, Inc.
  • Homer H. Dubs (1955): L'histoire de l'ancienne dynastie Han par Pan Ku . Vol. Trois. Traducteur et éditeur: Homer H. Dubs. Ithaca, New York. Services de langues parlées, Inc.
  • Hulsewé, AFP (1961). "Mesures Han". AFP Hulsewé, Archives T'oung pao , vol. XLIX, Livre 3, pp. 206–207.
  • Needham, Joseph . (1986). Science et civilisation en Chine: Volume 4, Physique et technologie physique, Partie 3, Génie civil et nautique . Taipei: Caves Books Ltd.

  • Convertisseur de distance impériale chinoise de Convert Me