Lop Nur

Lop NurHistoireetTransport

Lop Nur ou Lop Nor (d'un nom mongol signifiant "Lop Lake", où "Lop" est un toponyme d'origine inconnue [1] ) est un ancien lac salé , aujourd'hui en grande partie asséché, situé entre les déserts de Taklamakan et Kumtag dans le partie sud-est du Xinjiang (région autonome ouïgoure du Xinjiang). Administrativement, le lac se trouve dans la ville de Lop Nur ( chinois :罗布泊 镇; pinyin : Luóbùpō zhèn ), également connu sous le nom de Luozhong (罗 中; Luózhōng ) du comté de Ruoqiang, qui à son tour fait partie de la préfecture autonome mongole de Bayingolin .

Le système lacustre dans lequel se jettent les rivières Tarim et Shule est le dernier vestige du lac historique post-glaciaire Tarim, qui couvrait autrefois plus de 10 000 kilomètres carrés (3 900 milles carrés) dans le bassin de Tarim . Lop Nur est hydrologiquement endoréique - il est terrestre et il n'y a pas d'exutoire. Le lac mesurait 3100 kilomètres carrés (1200 milles carrés) en 1928, mais s'est asséché en raison de la construction de barrages qui bloquaient le flux de l'eau alimentant le système lacustre, et seuls de petits lacs et marais saisonniers peuvent se former. Le bassin asséché de Lop Nur est recouvert d'une croûte de sel allant de 30 à 100 centimètres (12 à 39 po) d'épaisseur.

Une zone au nord-ouest de Lop Nur a été utilisée comme site d'essais nucléaires, [2] et depuis la découverte de potasse sur le site au milieu des années 1990, c'est également le lieu d'une opération minière à grande échelle. [3] Il existe des zones réglementées sous gestion militaire et des points de protection des reliques culturelles dans la région, qui ne sont pas ouvertes au public. [4]

Carte de Lop Nur par Folke Bergman, 1935. Kara-Koshun où le lac terminal a été trouvé en 1867 est situé au sud-ouest de Lop Nor, et le lac était revenu à Lop Nor au moment où cette carte a été dessinée. Le lac Taitema était un lac de transit plus petit et situé à l'ouest de Kara-Koshun.

D'environ 1800 avant JC jusqu'au 9ème siècle, le lac a soutenu une culture tocharienne florissante . Les archéologues ont découvert les restes enfouis de colonies, ainsi que plusieurs des momies Tarim , le long de son ancien rivage. Les anciennes ressources en eau de la rivière Tarim et du Lop Nur ont nourri le royaume de Loulan depuis le IIe siècle avant JC, une ancienne civilisation le long de la route de la soie , qui longeait le bassin rempli de lacs. Loulan est devenu un état-client de l'empire chinois en 55 avant JC, rebaptisé Shanshan . Faxian est allé par le désert de Lop sur son chemin vers la vallée de l' Indus (395–414), [5] suivi par les pèlerins chinois plus tard. Marco Polo dans ses voyages a traversé le désert de Lop . [6] Au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, les explorateurs Ferdinand von Richthofen , Nikolai Przhevalsky , Sven Hedin et Aurel Stein ont visité et étudié la région. [7] Il est également probable que le soldat suédois Johan Gustaf Renat ait visité la région quand il aidait les Zunghar à produire des cartes sur la région au dix-huitième siècle. [8]

Le lac a reçu divers noms dans les textes chinois anciens. [9] À Shiji, il s'appelait Yan Ze (鹽 澤, littéralement Salt Marsh), indiquant sa nature saline , près de laquelle se trouvait l'ancien royaume de Loulan . [10] Dans Hanshu, il a été appelé Puchang Hai (蒲昌海, littéralement Mer de roseau abondant) et a reçu une dimension de 300 à 400 li (environ 120-160 km) en longueur et en largeur, [11] indiquant qu'il était autrefois un lac de grande taille. Ces premiers textes mentionnaient également la croyance, fausse qu'il s'avère, que le lac rejoint le fleuve Jaune à Jishi par un canal souterrain comme source de la rivière. [11] [12]

Le lac était appelé «lac errant» au début du XXe siècle en raison du changement de cours de la rivière Tarim, ce qui a amené son lac terminal à modifier son emplacement entre le bassin asséché de Lop Nur, le bassin asséché de Kara-Koshun et le lac Taitema. bassin. [13] Ce déplacement du lac terminal a causé une certaine confusion parmi les premiers explorateurs quant à l'emplacement exact de Lop Nur. Les cartes impériales de la dynastie Qing ont montré que Lop Nur était situé dans une position similaire à l'actuel bassin séché de Lop Nur, mais le géographe russe Nikolay Przhevalsky a plutôt trouvé le lac terminal à Kara-Koshun en 1867. Sven Hedin a visité la région en 1900-1901 et a suggéré que la rivière Tarim modifiait périodiquement son cours de va-et-vient entre sa direction sud et nord, entraînant un déplacement de la position du lac terminal. Le changement de cours de la rivière, qui a entraîné l'assèchement de Lop Nur, a également été suggéré par Hedin comme la raison pour laquelle d'anciennes colonies telles que Loulan avaient péri. [14]

En 1921, en raison d'une intervention humaine, le lac terminal a déplacé sa position vers Lop Nur. Le lac mesurait 2400 km 2 de superficie en 1930-1931. En 1934, Sven Hedin [15] descendit le nouveau Kuruk Darya ("Dry River") dans un canoë. Il a trouvé que le delta était un labyrinthe de canaux et que le nouveau lac était si peu profond qu'il était difficile de naviguer même en canoë. Il avait déjà parcouru le Kuruk Darya sec dans une caravane en 1900.

En 1952, le lac terminal s'est ensuite déplacé vers le lac Taitema lorsque la rivière Tarim et la rivière Konque ont été séparées par l'intervention humaine, et Lop Nur s'est à nouveau asséchée en 1964. En 1972, le réservoir de la mer du Grand Ouest ( Daxihaizi , 大 西海 子) a été construit à Tikanlik , l'approvisionnement en eau du lac a été interrompu, et tous les lacs ont été pour la plupart asséchés, seuls de petits lacs saisonniers se formant dans les dépressions locales de Taitema. [13] La perte d'eau dans la vallée inférieure de la rivière Tarim a également conduit à la détérioration et à la perte des forêts de peupliers et des arbustes de tamarix qui étaient largement distribués le long de la vallée inférieure de la rivière Tarim formant le soi-disant «couloir vert». En 2000, dans un effort pour empêcher une nouvelle détérioration de l'écosystème, l'eau a été détournée du lac Bosten pour tenter de remplir le lac Taitema. [16] Le lac Taitema s'était cependant déplacé de 30 à 40 kilomètres (19 à 25 mi) vers l'ouest au cours des 40 dernières années en raison en partie de la propagation du désert. [17] Une autre cause de la déstabilisation du désert a été la coupe des peupliers et des saules pour le bois de chauffage; en réponse, un projet de restauration pour récupérer les forêts de peupliers a été lancé. [18] [19]

Le bassin séché de Kara-Koshun peut être considéré comme faisant partie du grand Lop Nur. [13]

Le 17 juin 1980, le scientifique chinois Peng Jiamu a disparu alors qu'il entrait dans Lop Nur à la recherche d'eau. Son corps n'a jamais été retrouvé et sa disparition reste un mystère. Le 3 juin 1996, l'explorateur chinois Yu Chunshun est mort en essayant de traverser Lop Nur. [20]Coordonnées : 40 ° 10'N 90 ° 35'E / 40,167 ° N 90,583 ° E / 40.167; 90,583

Base d'essai d'armes nucléaires

Nuage de champignons du premier essai d'armes nucléaires chinois, Projet 596 , à Lop Nur en 1964.

La Chine a établi la base d'essais nucléaires de Lop Nur le 16 octobre 1959 avec l'aide soviétique dans le choix du site, avec son siège à Malan (马兰, Mǎlán ), à environ 125 kilomètres (78 mi) au nord-ouest de Qinggir . [2] Le premier essai de bombe nucléaire chinois , nom de code " Projet 596 ", a eu lieu à Lop Nur en 1964. La Chine a fait exploser sa première bombe à hydrogène le 17 juin 1967. Jusqu'en 1996, 45 essais nucléaires ont été effectués. Ces essais nucléaires ont été menés en larguant des bombes depuis des avions et des tours, en lançant des missiles, en faisant exploser des armes sous terre et dans l'atmosphère. [21]

En 2009, Jun Takada, un scientifique japonais connu pour s'opposer de façon proéminente aux tests comme "la conduite du diable", a publié les résultats de sa simulation informatique qui suggère - sur la base des décès d'essais soviétiques - que 190000 personnes auraient pu mourir en Chine des suites du nucléaire. maladies liées. [22] Enver Tohti, un activiste indépendantiste pro-ouïghour exilé, a affirmé que les taux de cancer dans la province du Xinjiang étaient de 30 à 35% plus élevés que la moyenne nationale. [23] Le 29 juillet 1996, la Chine a mené son 45ème et dernier essai nucléaire à Lop Nor et a émis un moratoire formel sur les essais nucléaires le jour suivant, bien que d'autres essais sous-critiques aient été suspectés. [24] En 2012, la Chine a annoncé son intention de dépenser 1 million de dollars américains pour nettoyer la base nucléaire de Malan à Lop Nor pour créer un site touristique rouge . [25]

Lop Nur abrite le chameau sauvage de Bactriane , qui est une espèce distincte du chameau de Bactriane . Les chameaux ont continué à se reproduire naturellement malgré les essais nucléaires. La Chine a signé le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires en 1996 mais ne l'a pas ratifié. [26] Par la suite, les chameaux ont été classés comme une espèce en voie de disparition sur la Liste rouge de l'UICN . [27] Depuis la cessation des essais nucléaires à Lop Nur, les incursions humaines dans la région ont provoqué un déclin de la population de chameaux. [27] [28] [29] Les chameaux sauvages de Bactriane ont été classés comme en danger critique d'extinction depuis 2002 [27] et environ la moitié des 1400 chameaux sauvages restants de Bactriane vivent sur l'ancienne base d'essai de Lop Nur, qui a été désignée comme le Lop Nur Wild Réserve naturelle nationale de chameau .

Une autoroute de Hami à Lop Nur (route provinciale 235 du Xinjiang) a été achevée en 2006. [30]

Le chemin de fer Hami-Lop Nur , qui parcourt 374,83 kilomètres (232,91 mi) au nord de Hami, le long de la même route, a ouvert aux opérations de fret en novembre 2012. Le chemin de fer est utilisé pour transporter le sel riche en potassium extrait du lac vers le Lanzhou– Chemin de fer du Xinjiang . [30]

Compte tenu de la sécheresse extrême et de la rareté de la population qui en résulte, les vestiges de certains bâtiments ont survécu pendant une période de temps significative. Lorsque des tombes anciennes, certaines vieilles de quelques milliers d'années, ont été ouvertes, les corps étaient souvent momifiés et les objets funéraires bien conservés. Les premiers sites sont associés à un peuple ancien d'origine indo-européenne.

Loulan

Loulan ou Kroran était un ancien royaume basé autour d'une importante ville oasis déjà connue au 2ème siècle avant notre ère sur le bord nord-est du désert de Lop. [1] Il a été renommé Shanshan après que les Chinois ont pris le contrôle du royaume au 1er siècle avant notre ère. Il a été abandonné quelque temps au septième siècle. Son emplacement a été découvert par Sven Hedin en 1899, qui a fouillé certaines maisons et a trouvé une tablette en bois de Kharosthi et de nombreux manuscrits chinois de la dynastie Jin (266–420). [14] Aurel Stein a également fouillé sur le site au début du 20e siècle, tandis que les archéologues chinois ont exploré la région dans la dernière partie du 20e siècle. Une momie appelée la "Beauté de Loulan" a été retrouvée sur le site d'un cimetière sur la rive de la rivière Töwän.

Cimetière Xiaohe

Le cimetière Xiaohe est situé à l'ouest de Lop Nur. Ce site funéraire de l' âge du bronze est une dune de sable oblongue, à partir de laquelle plus d'une trentaine de momies bien conservées ont été excavées. L'ensemble du cimetière Xiaohe contient environ 330 tombes, dont environ 160 ont été violées par des pilleurs de tombes. [31]

Un chasseur local a guidé l'explorateur et archéologue suédois Folke Bergman sur le site en 1934. Un projet de fouille de l'Institut des reliques culturelles et d'archéologie du Xinjiang a débuté en octobre 2003. Au total, 167 tombes ont été déterrées depuis la fin de 2002 et des fouilles ont été effectuées. a révélé des centaines de tombes plus petites construites en couches, ainsi que d'autres artefacts précieux. En 2006, une découverte archéologique précieuse a été découverte: un cercueil en forme de bateau enveloppé dans une peau de bœuf, contenant le corps momifié d'une jeune femme. [32]

Qäwrighul

En 1979, certaines des premières momies Tarim ont été découvertes dans des lieux de sépulture à Qäwrighul (Gumugou), qui est situé à l'ouest de Lop Nur, sur la rivière Könchi (Kongque). Quarante-deux tombes, dont la plupart datent de 2100-1500 avant JC, ont été retrouvées. Il y avait deux types de tombes sur le site, appartenant à deux périodes différentes. Le premier type d'enterrement comportait des fosses à puits, dont certaines avaient des poteaux à chaque extrémité pour marquer l'est et l'ouest. Les corps ont été trouvés étendus, généralement orientés vers l'est, et parfois enveloppés de tissages de laine et portant des chapeaux de feutre. Les artefacts trouvés comprenaient de la vannerie, des grains de blé, des cornes de bétail et de mouton / chèvre, des colliers et des bracelets en os d'oiseau, des perles de néphrite et des fragments de cuivre (ou de bronze), bien qu'aucune poterie n'ait été découverte.

Le deuxième type d'inhumation, d'une période ultérieure, consistait également en des fosses à puits, entourées de sept cercles concentriques de poteaux. Six tombes masculines ont été retrouvées, dans lesquelles les corps étaient étendus sur le dos et tournés vers l'est. Peu d'artefacts ont été trouvés, à l'exception de quelques traces de cuivre ou de bronze. [33]

Miran

Miran est situé au sud-ouest de Lop Nur. Des monastères bouddhistes ont été fouillés ici, et des peintures murales et des sculptures ont montré des influences artistiques de l' Inde et de l'Asie centrale , avec certaines influences d'aussi loin que Rome .

  • Bassin du Lop Nur par satellite.

  • Image satellite du désert de Lop avec le bassin de l'ancienne mer Lop Nur. Dans le Kuruk-tagh gauche, dans le droit Astin-tagh.

  • Image satellite d'une usine de chlorure de potassium à Lop Nur.

  • Carte incluant une partie de Lop Nur (en bas à droite) ( DMA , 1990)

  • Désert de Lop
  • Bassin du Tarim
  • Momies Tarim
  • Transmission du bouddhisme sur la route de la soie
  • mer d'Aral
  • Ville de Ruoqiang
  • Charklik
  • Liste des essais d'armes nucléaires de la Chine

  1. ^ Barbier, Elizabeth (2000). Les momies d'Urümchi . WW Norton & Company. p. 125. Deux groupes ont revendiqué ni , la seconde moitié de Lop Nor . Le mongol n'est pas non plus pour «lac» et fait partie de nombreux noms de lacs au Xinjiang et dans d'autres parties de l'Asie centrale, tandis que nur est ouïghour pour «brillant» (comme dans le blanc des marais salants). Le mongol remporte probablement celui-ci. Mais lop est opaque dans les deux langues et en chinois aussi, ce qui suggère que le nom remonte à une époque antérieure à l'entrée des Turcs, des Mongols ou des Chinois sur le territoire.
  2. ^ un b "Lop Ni Base d'Essai d'Armes Nucléaires" . nti . Récupéré le 3 août 2007 .
  3. ^ "Lop Nur, Xinjiang, Chine" . Observatoire de la Terre. 19 juin 2011. Cet article incorpore le texte de cette source, qui est dans le domaine public .
  4. ^ 三 问 哈罗 铁路. Sina Weibo . 《新疆 哈密 广播 电视 报》. 6 décembre 2012.
  5. ^ Fa-hsien, environ 337-environ 422; Legge, James (1886). Un enregistrement des royaumes bouddhistes; étant un compte rendu par le moine chinois Fâ-Hien de ses voyages en Inde et à Ceylan, 399-414 après JC, à la recherche des livres de discipline bouddhistes. Traduit et annoté avec une recension coréenne du texte chinois . Robarts - Université de Toronto. Presse d'Oxford Clarendon.
  6. ^ JM Dent (1908), "Chapitre 36: De la ville de Lop Du désert dans ses environs - Et des bruits étranges entendus par ceux qui passent au-dessus de ce dernier" , Les voyages de Marco Polo le Vénitien , pp. 99-101
  7. ^ "Le lac errant" . nasa.gov . Récupéré le 3 août 2007 . Cet article incorpore le texte de cette source, qui est dans le domaine public .
  8. ^ "August Strindberg," En svensk karta över Lop-nor och Tarimbäckenet "(en suédois)" . Archivé de l'original le 28 septembre 2007 . Récupéré le 16 août 2007 .
  9. ^ Zizhi Tongjian Texte original: 蒲昌海 , 一名 泑 澤 , 亦名 鹽 澤 , 亦名 輔 日 海 , 亦名 穿 蘭 , 亦名 臨海 , 在 沙 州 西南。 Traduction; Puchang Hai, un autre nom est You Ze, également appelé Yan ze, Furi Hai, Chuan Lan et Lin Hai. Il est situé au sud-ouest de Shazhou ( Dunhuang ).
  10. ^ Shiji Texte original: 而 樓蘭 、 姑 師 邑 有 城郭 , 臨 鹽 澤。 Traduction: Les villes de Loulan et Gushi ont des murs; ils se trouvent près de Yan Ze.
  11. ^ a b Hanshu Texte original: 蒲昌海 , 一名 鹽 澤 者 也 , 去 玉門 、 陽 關 三 百餘 里 , 廣 袤 三四 百里。 其 水亭 居 , 冬夏 不 增減 , 皆 以為 潛行 地下 , 南 出於積 石 , 為 中國 河 雲. Traduction: Puchang Hai, également nommé Yan Ze, se trouve à plus de 300 li du col de Yumen et Yangguan , et mesure de 300 à 400 li de longueur et de largeur. Ses eaux sont stagnantes et n'augmentent ni ne diminuent en hiver ou en été. On croit généralement que l'eau coule cachée sous terre, émerge au sud à Jishi et devient le fleuve chinois (signifiant le fleuve jaune ).
  12. ^ Lou Yulie, éd. (17 septembre 2015). Bouddhisme . Barbue. p. 270. ISBN 9789047427971.
  13. ^ a b c Zhao Songqiao et Xia Xuncheng (1984). "L'évolution du Désert de Lop et du Lop Nor". Le journal géographique . 150 (3): 311–321. doi : 10.2307 / 634326 . JSTOR  634326 .
  14. ^ un b Makiko Onishi et Asanobu Kitamoto. "Hedin, l'homme qui a résolu le mystère du lac errant: Lop Nor et Lou-lan" . Route de la soie numérique.
  15. ^ Sven Hedin, Le lac errant, 1940. La rivière était également appelée Kum Darya (rivière de sable). La carte Gizi du Xinjiang l'appelle Konche, ce qui est probablement une erreur.
  16. ^ Liang Chao (13 avril 2004). "Étancher la soif dans le bassin de Tarim" . China Daily . Archivé de l'original le 10 mai 2012. CS1 maint: paramètre découragé ( lien )
  17. ^ "Le désert s'introduit sur le lac Tarim" . china.org.cn . Récupéré le 3 août 2007 .
  18. ^ "La protection écologique de la rivière Tarim suggérée" . china.org.cn . Récupéré le 3 août 2007 .
  19. ^ "La Chine crée" une oasis artificielle "le long de la plus longue rivière intérieure" . chinagate.com.cn . Agence de presse Xinhua. 15 septembre 2007.
  20. ^ "Trouvé mort - Yu Chunshun, 48 ans, explorateur chinois intrépide" . asiaweek.com . Récupéré le 18 septembre 2007 .
  21. ^ Burrows et Fieldhouse, Andrew S. et Richard (1993). Livre de données sur les armes nucléaires . Boulder: Westview Press. p. 380.
  22. ^ Subhabrata Das (20 avril 2009). "Les essais nucléaires de la Chine auraient causé 190000 morts" . Journal numérique.
  23. ^ Zeeya Merali (8 juillet 2009). "Les essais nucléaires de la Chine ont-ils tué des milliers de personnes et condamné les générations futures?" . Américain scientifique . Récupéré le 27 octobre 2012 .
  24. ^ Jeffrey Lewis (3 avril 2009). "Essais sous-critiques à Lop Nor" . Contrôle des armes Wonk. Archivé de l'original le 31 octobre 2012 . Récupéré le 31 octobre 2012 .
  25. ^ "La Chine ouvrira un site ex-atomique aux touristes" . Pékin: United Press International. 17 octobre 2012 . Récupéré le 27 octobre 2012 .
  26. ^ Borger, Julian (16 avril 2020). "La Chine a peut-être effectué des essais nucléaires de bas niveau, selon un rapport américain" . Le gardien . ISSN  0261-3077 . Récupéré le 23 avril 2020 .
  27. ^ a b c Hare, J. (2008). " Camelus ferus " . Liste rouge de l'UICN des espèces menacées . 2008 . doi : 10.2305 / iucn.uk.2008.rlts.t63543a12689285.en .
  28. ^ « » Nouveau « chameau vit sur l' eau salée » . BBC. 6 février 2001.
  29. ^ "Chameau sauvage" . Fondation pour la protection des chameaux sauvages.
  30. ^ a b La Chine commence à construire le chemin de fer dans "la mer de la mort" Archivé le 29/02/2012 à la Wayback Machine , gov.cn, jeudi 4 mars 2010
  31. ^ "Site funéraire de l'âge du bronze, Lop Nur, Xinjiang" . www.china.org.cn . Récupéré le 18 septembre 2007 .
  32. ^ "Le documentaire de route de la soie déterre les dernières découvertes" . china.org.cn . Récupéré le 18 septembre 2007 .
  33. ^ Kwang-tzuu Chen et Fredrik T. Hiebert (1995). "La Préhistoire Tardive du Xinjiang en relation avec ses voisins". Journal de la préhistoire mondiale 9 (2): 243-300.

  • Carte de l'installation d'essais nucléaires de Lop Nur
  • Base d'essai d'armes nucléaires Lop Nor
  • DF-31 Testé le 10 juin 1994
  • Désert de Lop
  • Arpenter le Lop Nor
  • Champs de sel dans l'ancien lac «errant» de Lop Nur, Chine - 13 mai 2009 - Instantané de la Terre
  • Article téléchargeable: "Preuve qu'une population mélangée Ouest-Est vivait dans le bassin de Tarim dès le début de l'âge du bronze" Li et al. BMC Biology 2010, 8:15. [1]