Tulkou

Un tulku ( tibétain : སྤྲུལ་སྐུ་ , Wylie : sprul sku , ZYPY : Zhügu , également tülku , trulku ) est un gardien réincarné d'une lignée spécifique d'enseignements du bouddhisme tibétain qui reçoit des initiations et est formé dès son plus jeune âge par des étudiants de son prédécesseur.

Des exemples très médiatisés de tulkous comprennent le Dalai Lama , le Panchen Lama , le Samding Dorje Phagmos , le Karmapa , Khyentses , le Zhabdrung Rinpoche , et les Kongtruls .

Le mot སྤྲུལ ou 'sprul' (Lhassa moderne tibétain [ʈʉl] ) était un verbe dans la littérature tibétaine ancienne et était utilisé pour décrire le བཙན་པོ་ btsanpo ('empereur'/天子) [ citation nécessaire ] prenant une forme humaine sur terre . Ainsi, l' idée sprul de prendre une forme corporelle est une idée religieuse locale étrangère au bouddhisme indien et à d'autres formes de bouddhisme (par exemple Theravadin ou Zen). Au fil du temps, les idées religieuses indigènes ont été assimilées par le nouveau bouddhisme ; par exemple, sprul est devenu une partie d'un nom composé, སྤྲུལ་སྐུ་'sprul.sku' ("corps d'incarnation" ou 'tülku', et 'btsan', le terme pour le souverain impérial de l'empire tibétain, est devenu une sorte de divinité de la montagne ). Le terme tülku est devenu associé à la traduction du terme philosophique sanskrit nirmanakaya . Selon le système philosophique du trikaya ou des trois corps de Bouddha , le nirmanakaya est le « corps » du Bouddha au sens du corps - esprit (sanskrit : nāmarūpa ). Ainsi, la personne de Siddhartha Gautama , le Bouddha historique, est un exemple de nirmanakaya. Dans le contexte du bouddhisme tibétain, tülku signifie l'existence corporelle des maîtres bouddhistes éclairés en général. [ citation nécessaire ]

En plus des Tibétains et des peuples apparentés, le bouddhisme tibétain est une religion traditionnelle des Mongols et de leurs proches. Le mot mongol pour un tülku est qubilγan , bien que de telles personnes puissent également être appelées par le titre honorifique qutuγtu (Tib : ' phags-pa et Skt : ārya ou supérieur , à ne pas confondre avec la figure historique, ' Phags-pa Lama ou l'écriture qui lui est attribuée, ( écriture Phags-pa ), ou hutagt dans le dialecte standard de Khalkha . Selon la Lumière de la sagesse indestructible sans peur de Khenpo Tsewang Dongyal : le terme tülku " désigne celui qui est 'noble' (ou 'altruiste' selon l'usage de Bouddha) et utilisé dans les textes bouddhistes pour désigner un être hautement accompli qui a atteint le premier bhumi, un niveau d'accomplissement qui est vraiment sans ego, ou plus élevé."

Le mot chinois pour tülku est huófó (活佛), qui signifie littéralement "Bouddha vivant" et est parfois utilisé pour signifier tülku , bien que le Dalaï Lama ait dit qu'il s'agit d'une erreur de traduction, car un tülku n'est pas nécessairement un être réalisé. [ citation nécessaire ]

Tout pratiquant du vajrayana peut renaître en tant que tülku s'il n'atteint pas la bouddhéité ou une terre pure dans le bardo de la mort, le bardo du dharmata ou le bardo du devenir. [1]

Valentine résume le changement de sens du mot tülku : « Ce terme qui était à l'origine utilisé pour décrire le Bouddha comme une « émanation magique » de l'illumination, est mieux traduit par « incarnation » ou « incarnation inébranlable » lorsqu'il est utilisé dans le contexte de la système tulku pour décrire les patriarches qui reviennent de manière fiable à la forme humaine." [2]

Pamela Logan décrit une approche générale pour trouver un successeur :

Lorsqu'un vieux tulkou meurt, un comité de lamas seniors se réunit pour trouver la jeune réincarnation. Le groupe peut employer un certain nombre de méthodes dans sa recherche. Tout d'abord, ils chercheront probablement une lettre laissée par le tulkou décédé indiquant où il a l'intention de naître de nouveau. Ils demanderont aux amis proches du défunt de se rappeler tout ce qu'il a dit au cours de ses derniers jours, au cas où il aurait pu donner des indices. Souvent, un oracle est consulté. Parfois, un lama éminent a un rêve qui révèle des détails sur la maison de l'enfant, ses parents ou des caractéristiques géographiques à proximité de son domicile. Parfois, le ciel présente un signe, peut-être un arc-en-ciel, menant l'équipe de recherche vers l'enfant. [3]

Logan décrit l'entraînement que subit un tulkou dès son plus jeune âge :

Il est élevé à l'intérieur d'un monastère, sous la direction d'un précepteur principal et d'un certain nombre d'autres enseignants ou serviteurs. Il doit étudier dur et adhérer à un régime strict. Il a peu ou pas de jouets ou de camarades de jeu, et est rarement autorisé à sortir. Très tôt, il apprend à recevoir des visiteurs importants, à participer à des rituels compliqués et à donner des bénédictions aux fidèles et aux pèlerins. Parfois, un ou les deux parents sont autorisés à vivre à proximité du jeune tulkou. Les frères aînés sont parfois intronisés au monastère en tant que moines compagnons du saint enfant. Pourtant, ses tuteurs âgés sont les personnes les plus influentes de sa vie, et ils deviennent ses parents de facto. [4]

L'atmosphère académique est équilibrée par l'amour inconditionnel :

Contrer le sombre régime académique est une atmosphère d'amour irrésistible et inconditionnel. À chaque instant d'éveil du tulkou, des moines, des membres de la famille et des visiteurs émerveillés et admiratifs comblent les jeunes d'amour. Si vous visitez un enfant tulku, vous remarquerez probablement que ses quartiers sont baignés d'une merveilleuse lueur. Tout le monde rayonne au tulku. Le tulkou sourit en retour. S'il demande quelque chose, on lui donne immédiatement, et s'il se trompe, il est tout aussi immédiatement corrigé. Les visiteurs occidentaux du jeune 14e Dalaï Lama ont commenté "l'extraordinaire stabilité de son regard". Même lorsqu'ils sont assez jeunes, les garçons ont un équilibre remarquable ; ils s'assoient calmement sans bouger, même lors de cérémonies qui peuvent durer toute la journée. [5]

Le système tulku de préservation des lignées du Dharma n'a pas fonctionné en Inde. La première lignée tulkou du Tibet est celle des Karmapas . Après la mort du premier Karmapa en 1193, un lama eut des visions récurrentes d'un enfant particulier comme sa renaissance. Cet enfant (né vers 1205) fut reconnu comme le deuxième Karmapa , inaugurant ainsi la tradition tibétaine du tulkou. [ citation nécessaire ]

Quelques exemples:

  • Dodrupchen tulkus sont les principaux gardiens de Longchen Nyingthig .
  • Dudjom tulkus sont les principaux gardiens de Dudjom Tersar.
  • Les Chokling tulkus sont les principaux gardiens de Chokling Tersar.
  • Khyentse tulkus sont les principaux gardiens de Jamyang Khyentse Wangpo
  • Les Kongtrul tulkus sont les principaux gardiens du Jamgon Kongtrul .
  • Samding Dorje Phagmo tulkus est la plus haute lignée d'incarnation féminine au Tibet.

La tibétologue Françoise Pommaret estime qu'il existe actuellement environ 500 lignées tulkous trouvées au Tibet , au Bhoutan , au nord de l' Inde , au Népal , en Mongolie et dans les provinces du sud-ouest de la Chine . [6]

  • Tulku de Peter Dickinson , un roman pour enfants sur un jeune garçon anglais qui visite le Tibet alors qu'il fuyait la rébellion des Boxers [7]

  • Renaissance (bouddhiste)
  • Incarnation
  • Demande de réincarnation
  • Avatar
  • Bodhi
  • Kumari - Incarnation de la déesse hindoue népalaise, processus de détermination similaire .
  • Namarupa

  1. ^ Khenpo Ngawang Pelzang. Un guide des mots de mon professeur parfait. Boston : Shambhala. 2004. ISBN  978-1-59030-073-2 . "Cette forme de transfert est pratiquée par des débutants sur le chemin de l'accumulation qui ont reçu la responsabilisation et respecté les samayas, ont une bonne compréhension de la vue, et ont pratiqué la phase de génération comme voie mais ne l'ont pas maîtrisée. Bien qu'ils manquent de la confiance nécessaire pour être libéré dans la claire lumière au moment de la mort ou dans l'état intermédiaire de réalité absolue, en se réfugiant et en priant leur maître dans l'état intermédiaire, ils peuvent fermer la voie à un utérus défavorable et choisir une renaissance favorable. Propulsés par la compassion et la bodhitchitta, ils partent vers un pur champ de bouddha ou, à défaut, prennent naissance en tant que tulku né de parents qui pratiquent le Dharma. Dans cette prochaine vie, ils seront libérés.
  2. ^ Valentin, Jay (2013). « Seigneurs des trésors du Nord : le développement de l'institution tibétaine de la règle par des incarnations successives » . Bibliothèque UVA | Vierge . Récupéré le 06-08-2017 .
  3. ^ Logan, Pamela (2004). "Tulkous au Tibet" . Harvard Asia Quarterly 8 (1) 15-23.
  4. ^ Logan, Pamela (2004). "Tulkous au Tibet" . Harvard Asia Quarterly 8 (1) 15-23.
  5. ^ Logan, Pamela (2004). "Tulkous au Tibet" . Harvard Asia Quarterly 8 (1) 15-23.
  6. ^ Pommaret, Françoise. Bhoutan . Livres de passeport (Odyssée), 1998 ( ISBN  0-8442-9966-9 )
  7. ^ Page Tulku sur Goodreads

  • Ray, Reginald A. 1986 "Quelques aspects de la tradition Tulku au Tibet." dans The Tibet Journal 11 (4) : 35-69
  • Tulkou, Thondup (2011). Incarnation : L'histoire et le mysticisme de la tradition tulkou du Tibet Boston. Éditions Shambhala.

  • Lamas réincarnés : Tulkus et Rinpochés - section de Berzin, Alexandre. 2000 La signification traditionnelle d'un enseignant spirituel
  • Tulkus : Lamas incarnés du Tibet - Entretien avec Sa Sainteté Sakya Trizin - Un extrait des Témoignages de Tulkus tibétains ; Une recherche parmi les maîtres bouddhistes réincarnés en exil par Danial Barlocher, Opuscula Tibetana, Rikon-Zurich, août 1982.
  • Tulkus : Lamas incarnés du Tibet 2 - Entretien avec Sakya Gongma Dagchen Rinpoché - extrait de Témoignages de Tulkus tibétain ; Une recherche parmi les maîtres bouddhistes réincarnés en exil par Danial Barlocher, Opuscula Tibetana, Rikon-Zurich, août 1982. (Traducteur d'entretien : Cyrus Stearns).
  • Tulkus : Masters of Reincarnation - article phare sur WisdomBooks.com